Warning: mysql_real_escape_string(): Can't connect to local MySQL server through socket '/var/lib/mysql/mysql.sock' (2) in /home/content/20/5899820/html/domains/fr/transportsquebec.com/blogue/wp-content/plugins/wordpress-database-table-optimizer/ft_db_optimize.php on line 31

Warning: mysql_real_escape_string(): A link to the server could not be established in /home/content/20/5899820/html/domains/fr/transportsquebec.com/blogue/wp-content/plugins/wordpress-database-table-optimizer/ft_db_optimize.php on line 31

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/content/20/5899820/html/domains/fr/transportsquebec.com/blogue/wp-content/plugins/wordpress-database-table-optimizer/ft_db_optimize.php:31) in /home/content/20/5899820/html/domains/fr/transportsquebec.com/blogue/wp-includes/feed-rss2.php on line 8
Transports Québec http://blogue.transportsquebec.com Tout sur les transports, au Québec. Sun, 31 May 2015 16:45:03 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.8.7 Dire non à la cigarette dans les véhicules http://blogue.transportsquebec.com/2015/05/31/dire-non-a-la-cigarette-dans-les-vehicules/ http://blogue.transportsquebec.com/2015/05/31/dire-non-a-la-cigarette-dans-les-vehicules/#respond Sun, 31 May 2015 16:45:03 +0000 http://blogue.transportsquebec.com/?p=240 Plusieurs raisons justifient de bannir complètement le fait de fumer, dans un véhicule.

Au premier chef, il y a l’évidence avérée du danger, au plan de la santé de celui qui fume mais c’est pire encore pour les autres passagers qui doivent respirer cette fumée hautement toxique, dans un environnement clos.

Le cancer du poumon n’est qu’un des nombreux cancers qui frappent les fumeurs et ceux qui sont pris pour les endurer. La fumée, une fois produite lors de la combustion de la cigarette, se propage sans distinction. Surtout dans un environnement fermé, comme un véhicule.

fumeurs-dans-les-autos

Imaginez les pauvres enfants qui sont pris pour faire des trajets ponctuels ou fréquents avec des fumeurs. Ils se font hypothéquer leur santé pour qu’un fumeur reçoive sa dose de nicotine. C’est une aberration!

Précisons que ce billet dénonce la cigarette empoisonnée et sa fumée toxique, pas nécessairement les fumeurs, eux-mêmes qui ont la possibilité d’utiliser leur jugement pour éviter aux autres d’avoir à tolérer leur mode de vie toxique et aussi, pour éviter de s’empoisonner, eux-mêmes. Reste à savoir si les fumeurs québécois utiliseront leur jugement pour cesser de fumer (ce qui serait idéal) ou au moins, cesser de fumer dans un véhicule, surtout lorsque d’autres personnes y prennent place.

Bien entendu, la cigarette est une drogue vendue aux adultes et dont les effets touchent tous ceux qui sont pris pour respirer les effluves empoisonnées qu’elles produisent, au moment de leur combustion.

Ce serait bien plus sage d’arrêter la vente des cigarettes puisqu’aucun fumeur ne peut assurer que sa fumée n’affectera pas les autres. Ceci dit, le gouvernement n’a aucune intention d’empêcher les citoyens de s’empoisonner car ça permet d’éliminer les prestataires de revenus de l’État (notamment les retraites) beaucoup plus vite et donc, d’épargner des milliards qui peuvent être utilisés autrement. Les fumeurs sont donc de banales vaches à lait, taxées au maximum pendant qu’ils fument pour ensuite mourir typiquement bien plus jeunes que les non-fumeurs. Économiquement parlant, les fumeurs sont une bonne affaire pour le gouvernement mais sur tous les autres plan, incluant le volet humain, c’est une catastrophe.

Et on s’entend, le gouvernement adore nous empoisonner. Que ce soit par les émissions qui sortent des tuyaux d’échappement de nos voitures, des OGM qui se trouvent dans une bonne part de notre alimentation ou le recours trop facile à de puissants médicaments (au lieu de faire appel à des thérapies moins invasives qui visent la source du mal et non ses symptômes), le gouvernement ne l’admet pas publiquement mais ses gestes prouvent qu’il nous préfère malade ou mort.

La cigarette s’inscrit donc dans cette logique de tuer les citoyens, à petit feu.

Et le fait de fumer dans les véhicules, surtout lorsqu’il y a des passagers, devient la partie visible d’une politique de santé publique qui ne tient pas la route, surtout au chapitre de la prévention.

Mais ce n’est pas tout…

Au-delà du danger pour la santé, via la fumée toxique qu’elle dégage, la cigarette est aussi une distraction, au volant. Au même titre que de parler au téléphone, de se maquiller ou de manger.

Un fumeur qui s’attarde à sa cigarette ne peut tout simplement pas être aussi attentif au volant que s’il ne fumait pas. Ça représente donc un danger pour le conducteur-fumeur mais aussi pour tous ceux qui croisent sa route puisqu’un moment d’inattention peut survenir à tout moment, sans prévenir.

Il y a bien d’autres facteurs comme la fatigue, l’inattention ponctuelle, la prise de médicaments ou l’alcool qui peuvent également avoir des effets sur l’attention qu’un conducteur porte à la route mais le fait de fumer la cigarette, dans son véhicule exige de diviser son attention entre la route et la manipulation de la cigarette.

On pourrait parler du goudron qui colle aux surfaces intérieures du véhicule ou des vêtements du fumeur qui deviennent puants et empoisonnés. On pourrait aussi mentionner l’hygiène du fumeur qui rend celui-ci répulsif pour quiconque ne fume pas. En fait, on sait, individuellement et collectivement, à quel point le fait de fumer rend un individu probablement très intéressant beaucoup moins intéressant. L’odeur est infecte et les poisons dégagés de la cigarette ont des effets immédiats, en plus des conséquences à plus long terme.

Personne ne peut rester indifférent aux effets malsains et même mortels de la cigarette.

C’est pourquoi il faut bannir la cigarette de tous les moyens de transport, incluant le véhicule personnel.

fumer-en-auto-avec-un-bebe

Notre société doit protéger les libertés des uns, certes mais il ne faut pas que ça empiète sur les libertés des autres, notamment le droit à un environnement exempt de la fumée toxique des cigarettes.

Chacun a son idée sur la cigarette et il faut continuer d’en débattre. Les fumeurs ne sont pas la cible, c’est la cigarette qui doit être visée mais en même temps, les fumeurs ont toujours le choix de passer dans le camp des non-fumeurs et ainsi commencer à se guérir tout en évitant de faire du mal aux autres.

Si vous pouvez aider un fumeur à cesser sa mauvaise habitude, faites-le et un jour, il y a de bonnes chances qu’il vous remerciera.

]]>
http://blogue.transportsquebec.com/2015/05/31/dire-non-a-la-cigarette-dans-les-vehicules/feed/ 0
Pertinence d’un monorail Montréal-Québec http://blogue.transportsquebec.com/2015/04/14/pertinence-dun-monorail-montreal-quebec/ http://blogue.transportsquebec.com/2015/04/14/pertinence-dun-monorail-montreal-quebec/#respond Tue, 14 Apr 2015 17:16:32 +0000 http://blogue.transportsquebec.com/?p=234 Les problèmes de transport entre Montréal et Québec continuent de s’aggraver et nos autoroutes (aussi bien la 20, sur la rive-sud que la 40, sur la rive-nord) ont encore besoin d’importantes réparations.

Malgré les milliards de dollars d’investis dans ces liens autoroutiers, la circulation continue d’augmenter et la cohabitation entre les véhicules de tourisme et les camions continue de poser un énorme problème, notamment en matière de sécurité.

Pourquoi ne pas améliorer la vitesse, la sécurité et l’agrément du lien Montréal-Québec via l’installation d’un monorail, comme celui proposé avec le projet de Trens-Québec?

Voici un extrait d’une lettre qui vient d’ailleurs d’être envoyée à Philippe Couillard, premier-ministre du Québec:

Si vous prenez le temps de visiter le site – www.trensquebec.qc.ca -, vous verrez que le monorail est surélevé à 10-12 mètres du sol, pour transporter des véhicules autonomes, motorisés par 16 moteur-roues chacun, pouvant voyager jusqu’à 250km/h, ce qui est pratiquement aussi rapide qu’un TGV.

Chaque véhicule peut transporter 70 passagers ou 10 tonnes de marchandises.

Le système est alimenté par l’électricité; les coûts de construction sont de 12M$/km selon l’IREC de Montréal, ce qui est 2 à 3 fois moins cher qu’un TGV; et il peut s’installer pratiquement n’importe où, y compris se fixer à un pont pour traverser une rivière.

Nos calculs indiquent qu’un monorail de ce type construit entre Montréal/Québec serait rentable à moyen terme, à cause de l’achalandage des passagers, des marchandises, et des liens plus rapides. Montréal/Québec pourrait se faire dans une heure environ, centre-ville à centre-ville.

Il n’est pas question de négliger nos liens autoroutiers, simplement d’offrir une alternative crédible pour ceux qui veulent simplement transiter rapidement et sans véritable danger, entre les deux grands pôles économiques de la province.

Le Québec a besoin d’un tel lien depuis des décennies alors ce serait le bon moment pour ouvrir ce grand chantier qui nous permettrait de mettre notre propre génie en action.

Une fois ce lien principal établi, ce serait facile d’embrancher des liens vers toutes les localités qui le souhaiteraient. Il serait même possible de penser à un lien vers Ottawa ou Toronto, sans oublier Boston, au cœur de la Nouvelle-Angleterre.

deco-monorail-trens-quebec

Imaginez ne serait-ce qu’un instant les retombées en matière de tourisme d’agrément et d’affaires, avec un lien aussi rapide et fiable. Fini les problèmes de déplacement quand il y a de la neige. Désormais, entre nos grands centres, on aurait accès à un service de transport à la hauteur de nos attentes.

Vivement, appuyons le projet de monorail Trens-Québec pour un Québec tourné vers l’avenir.

]]>
http://blogue.transportsquebec.com/2015/04/14/pertinence-dun-monorail-montreal-quebec/feed/ 0
Voies réservées pour les autobus http://blogue.transportsquebec.com/2014/09/10/voies-reservees-pour-les-autobus/ http://blogue.transportsquebec.com/2014/09/10/voies-reservees-pour-les-autobus/#respond Wed, 10 Sep 2014 16:14:03 +0000 http://blogue.transportsquebec.com/?p=226 Les grands axes autoroutiers des principales villes du Québec connaissent une hausse significative de leur achalandage de véhicules et de camions mais ce sont les autobus qui bénéficient de nouvelles voies réservées.

Ça fait d’ailleurs s’interroger une majorité d’automobilistes qui se demandent, à juste titre, pourquoi une centaine d’autobus par jour ont leur voie réservée alors que des dizaines ou des centaines de milliers de véhicules, eux, n’y ont pas accès.

Il faut comprendre que les services d’autobus municipaux sont massivement subventionnés… par les automobilistes et les citoyens, en général. C’est de l’ordre de 3$ comme prix d’embarquement pour l’usager et quelques 8$ provenant de subsides divers pour un total d’environ 11$ par passage, en terme de « prix réel » pour opérer le service d’autobus.

Et là, on ne parle même pas de la frustration, pour un automobiliste, de voir filer des autobus vides ou presque vides dans leur belle voie réservée!

On parle simplement du fait que les voies réservées créent un réel désavantage pour les automobilistes.

C’est agréable de savoir que les usagers du transport en commun gagneront quelques minutes mais quand on constate l’ampleur des bouchons de circulation aux heures de pointe, sur les grandes autoroutes du Québec, on peut se demander si l’imposition de voies réservées demeure une bonne idée.

N’y a-t-il pas davantage d’efficience à laisser les véhicules utiliser cette voie afin de désengorger les autres voies accessibles à tous? En ce moment, les voies réservées créent du mécontentement chez les automobilistes qui, en fin de compte, paient très cher pour se faire ensuite dire qu’ils n’ont pas le droit d’utiliser un segment de route pour lequel ils ont payé.

Un projet comme celui du Monorail TrensQuébec ferait bien plus de sens que le cortège actuel d’autobus qui privent les automobilistes d’une voie, sur plusieurs axes autoroutiers. Un monorail permettrait aussi une meilleure desserte en hiver puisque les tempêtes de neige n’auraient aucun impact sur la capacité du monorail à desservir un tronçon.

On sent que plusieurs projets sont décidés à l’encontre du meilleur intérêt des automobilistes et puisque le service de transport en commun est massivement subventionné, on se questionne sur l’utilité réelle de cette alternative de transport qui, pour plusieurs, n’est vraiment pas aussi pratique que ça.

Un autobus, c’est ultra-bruyant, c’est suprêmement inflexible au chapitre du trajet et ça ne correspond absolument pas aux réalités quotidiennes des familles qui doivent se déplacer avec les enfants. Rarement, ça fonctionne mais il s’agit d’exceptions.

En gros, ça prend une automobile pour se déplacer, aussi bien dans les grands centres que les petites agglomérations alors il serait préférable de laisser le transport en commun cohabiter avec les véhicules plutôt que de prioriser de coûteuses voies réservées qui multiplient la taille des bouchons de circulation, notamment aux heures de pointe.

]]>
http://blogue.transportsquebec.com/2014/09/10/voies-reservees-pour-les-autobus/feed/ 0
Orange… partout! http://blogue.transportsquebec.com/2014/05/10/orange-partout/ http://blogue.transportsquebec.com/2014/05/10/orange-partout/#respond Sat, 10 May 2014 23:05:33 +0000 http://blogue.transportsquebec.com/?p=213 Vous aimez ça, des cônes oranges qui annoncent et balisent les travaux routiers?

Préparez-vous à en voir encore plus au fur et à mesure qu’on s’approche de l’été, moment fort des projets de construction et de rénovation routière, au Québec.

Les automobilistes comprennent que les travaux ne peuvent souvent pas avoir lieu en hiver parce que la température ne s’y prête pas mais en même temps, on paie pour ça —en double— quand reviennent les belles saisons.

renovation-du-reseau-routier-a-montreal-avril-2014

Notre réseau routier a besoin d’amour car en ce moment, il sort de la douloureuse période du dégel et les petits et grands problèmes de chaussée deviennent très apparents. Nos automobiles ne sont pas toutes conçues pour une chaussée aussi imprévisible et nombreux sont ceux qui doivent payer la note lorsque leur véhicule doit être réparé, en raison des surfaces de roulement qui… manquent d’amour!

Évidemment, il appartient à chaque automobiliste d’adapter sa conduite selon l’état de la route mais parfois, le mauvais entretien vient à nous rattraper, qu’importe l’effort qu’on fait pour éviter les nids de poules. C’est donc une responsabilité individuelle qui a cours  même un contexte de responsabilité collective, assumée principalement par le gouvernement du Québec qui est le fiduciaire de notre immense réseau routier (certains segments étant sous la juridiction municipale ou fédérale, en plus du MTQ).

On va donc avoir un été passablement ralenti, un peu partout.

on-voit-orange-au-centre-ville-de-montreal-1on-voit-orange-au-centre-ville-de-montreal-2on-voit-orange-au-centre-ville-de-montreal-3on-voit-orange-au-centre-ville-de-montreal-4on-voit-orange-au-centre-ville-de-montreal-5on-voit-orange-au-centre-ville-de-montreal-6

En ville, il va y avoir tellement de travaux, cet été, que plusieurs automobilistes vont se demander qu’est-ce qu’ils font dans leur voiture et plusieurs iront aussi loin que de discuter télé-travail, avec leur patron!

Ceux qui roulent au centre-ville de Montréal savent déjà combien c’est difficile de passer 45 minutes dans sa voiture pour parcourir 1 kilomètre alors que d’habitude, cette distance est franchie en à peine une minute, ou deux. Là, on va vivre les ralentissements au quotidien et sur presque tous les tronçons de route.

Plus que jamais, le Québec va voir… orange!

Orange… dès qu’on décide d’emprunter le réseau routier.

Prenez des photos et partagez-les dans les réseaux sociaux. C’est votre argent qui travaille pour vous construire un beau réseau routier mais bien entendu, il faut vivre avec les désagréments liés aux ralentissements!

]]>
http://blogue.transportsquebec.com/2014/05/10/orange-partout/feed/ 0
Il faut appuyer le monorail de TrensQuébec http://blogue.transportsquebec.com/2012/11/05/il-faut-appuyer-le-monorail-de-trensquebec/ http://blogue.transportsquebec.com/2012/11/05/il-faut-appuyer-le-monorail-de-trensquebec/#comments Tue, 06 Nov 2012 03:35:47 +0000 http://blogue.transportsquebec.com/?p=170 Vous en avez assez du niaisage à propos des projets archi-coûteux de train à grande-vitesse (TGV) dans le corridor Québec-Montréal? Vous détestez l’idée de ramener un tramway dans les rues du Vieux-Québec?

Et bien, branchez-vous sur le futur!

Le projet de monorail de TrensQuébec a de quoi enflammer votre imagination.

Il s’agit d’un projet de monorail 100% Québécois qui a tout pour plaire:

  • Incomparable flexibilité dans la configuration du tracé (en trois dimensions);
  • Spectaculaire fonctionnalité de la conception du système de support aérien du monorail;
  • Prix ridiculement bas pour la construction et l’entretien (genre, wow);
  • Établissement d’une coopérative 100% québécoise pour réaliser et entretenir le projet.

La venue d’un projet de monorail au Québec donnerait des ailes à tous ceux qui sont présentement forcés de se tailler une place dans la circulation, dans les grands centres aussi bien qu’en transit.

On ne parle pas de longs trains qui coûtent une fortune à opérer. Non, ce sont des unités de transport soit pour les passagers (au nombre de 60-75) ou pour les marchandises (jusqu’à 10 tonnes). Et le système est entièrement bi-directionnel!

Zéro pollution (GES et autres), zéro déneigement lors de nos tempêtes de neige et absence à peu près complète de bruit (à part celui du vent) font du monorail de TrensQuébec un choix judicieux pour l’avenir des transports, dans la province et encore plus loin.

Provinces et États avoisinants voudront que le réseau traverse nos frontières pour aller joindre les leurs car ce mode de transport est voué à un avenir où les embouteillages n’existent plus.

Et ce n’est pas tout, ce monorail utilise la technologie du moteur-roue développée par Pierre Couture, anciennement de TM4, la filière d’Hydro-Québec qui nous a coûté quelques 400 millions de dollars (pour développer le moteur) pour ensuite mettre le projet sur la proverbiale voie d’évitement… jusqu’à un super-projet de monorail, piloté par TrensQuébec se pointe!

Sérieusement, Amis québécois, il est temps d’appuyer publiquement ce projet de monorail.

Nous n’aurons pas 50 fenêtres d’opportunité pour développer notre économie nationale tout en créant un marché mondial probablement plus gros que celui créé par Bombardier. Dans l’avenir, les monorails seront érigés à peu près partout et deviendront les champions du confort et de l’abordabilité. Qui plus est, en mode coopératif, le monorail amènera une ère de prospérité inédite, pour le Québec.

Alors GO, on se démène et on s’arrange pour que ce projet de monorail lève de terre, littéralement!

 

]]>
http://blogue.transportsquebec.com/2012/11/05/il-faut-appuyer-le-monorail-de-trensquebec/feed/ 5
Coût d’un certificat d’immatriculation au Québec http://blogue.transportsquebec.com/2010/06/06/cout-dun-certificat-dimmatriculation-au-quebec/ http://blogue.transportsquebec.com/2010/06/06/cout-dun-certificat-dimmatriculation-au-quebec/#comments Sun, 06 Jun 2010 13:44:34 +0000 http://blogue.transportsquebec.com/?p=149 Tous les automobilistes savent que pour avoir le droit de conduire, sur les routes, il faut payer un certificat d’immatriculation.

Bien que la légitimité de l’obligation de se munir d’un tel document tienne de la fabulation juridique et de l’obsession politique pour la taxation à outrance, presque tous les Québécois acceptent de payer pour ce certificat.

Ainsi, à chaque année, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) fait suivre sa facture qui, pour la plupart des automobilistes de classe 5 se chiffre à 261$, cette année (2010).

Voici comment comment la SAAQ arrive à son montant de 261$:

  • Gouvernement du Québec: 144.16$, à savoir…
    • Droits d’immatriculation: 104$
    • Taxe sur les assurances: 10.16$ (une taxe sur une taxe = double taxation)
    • Droits d’immatriculation additionnels: 0$
    • Transport en commun: 30$ (ouch!)
    • Droits taxi: 0$
  • SAAQ: 116.84$, à savoir…
    • Contribution d’assurance: 112.84$
    • Frais d’administration: 4$ (opportunisme évident)

Il faut également ajouter 3$ à ce montant si le paiement a lieu dans un point de service — encore une fois, il s’agit d’un comportement opportuniste, de la part de la SAAQ.

Sur chaque facture annuelle pour obtenir un certificat d’immatriculation, l’automobiliste retrouve les renseignements suivants:

  • Numéro de plaque d’immatriculation
  • Numéro de l’unité (pour les entreprises)
  • Numéro de l’avis (code à 16 chiffres)
  • Date de l’avis
  • Date limite de paiement (environ un mois plus tard que l’avis)

Et il y a évidemment le certificat d’immatriculation, lui-même, qu’il ne faut pas oublier…

  • de signer
  • de détacher
  • de conserver avec soi lors des déplacements avec le véhicule

Il y a aussi une section dédiée à ceux qui veulent effectuer un changement d’adresse ou encore, à ceux qui ne veulent pas payer, pour l’une ou l’autre des raisons suivantes:

  • remisage
  • véhicule vendu ou fin de location
  • mise au rancart (hors d’usage)
  • immatriculation hors Québec

Ceci dit, même si l’automobiliste ne paie pas, il faut quand même retourner une réponse à la SAAQ avant la date limite de paiement pour éviter les frais supplémentaires.

Pour ceux qui la cherchent, l’adresse de la SAAQ va comme suit:

  • SAAQ
    C.P. 19600
    Succ. Terminus

    333, boul. Jean-Lesage
    Québec (Québec) G1K 8J6

On se demande vraiment pourquoi la SAAQ aurait besoin de louer un casier postal alors qu’elle a un gigantesque édifice, de l’autre côté de la rue mais bon, on se doute qu’il y a « une bonne raison » derrière cette dépense supplémentaire.

Alors que plusieurs trouvent exagéré les frais perçus pour le certificat d’immatriculation, d’autres n’y voient que le prix à payer pour conduire un véhcule dans notre province, en accord avec l’encadrement social dans lequel nous évoluons.

Quoiqu’il en soit, il s’agit d’une facture dont bien des automobilistes québécois se passeraient!

Tags: immatriculation, certificat d’immatriculation, automobilistes, autos, conduire, véhicules, routes, saaq, gouvernement, taxe, taxation, citoyens, droits

]]>
http://blogue.transportsquebec.com/2010/06/06/cout-dun-certificat-dimmatriculation-au-quebec/feed/ 2
Nouveau forum québécois sur les transports http://blogue.transportsquebec.com/2010/05/31/nouveau-forum-quebecois-sur-les-transports/ http://blogue.transportsquebec.com/2010/05/31/nouveau-forum-quebecois-sur-les-transports/#respond Mon, 31 May 2010 18:11:14 +0000 http://blogue.transportsquebec.com/?p=146 Il n’y a pas que le transport routier, au Québec — c’est bien plus vaste et complexe que le simple fait d’utiliser son véhicule pour se rendre au travail et en revenir.

Pour mieux adresser cette richesse de thématiques, en matière de transport, au Québec, un nouveau forum citoyen entièrement gratuit est désormais à votre disposition pour discuter d’une foule de sujets, liés au transport.

En gros, vous pourrez échanger à propos des modes de transport, tels que:

  • le transport aérien;
  • le transport maritime;
  • le transport ferroviaire; et
  • le transport routier.

Le nouveau forum se veut accessible pour tous les Québécois, qu’importe leur niveau de connaissance à propos des enjeux. Au fil du temps, même ceux qui ne sont pas très familiers avec certaines questions liées aux transports devraient s’améliorer car c’est en partageant des informations, ensemble, qu’on apprend des choses.

Cette tribune centrée sur vos intérêts vous permettra de faire connaître votre opinion sur une variété de sujets, comme les derniers modèles d’automobiles, les radars-photo, l’état des routes au Québec et bien plus.

Vous pouvez trouver ce nouveau forum à l’adresse suivante:

Il s’agit d’une adresse facile à mémoriser. N’hésitez d’ailleurs pas à l’ajouter à vos signets et ensuite, à la partager dans vos réseaux sociaux. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’un forum sur les transports voit le jour, au Québec.

Sachez-le, il n’y a pas que l’actuelle ministre des Transports du Québec, Julie Boulet qui a le droit d’avoir des opinions à propos des enjeux liés aux transports. Prenez votre place, vous aussi, dans les débats du forum!

Tags: transports, québec, forum, tribune, citoyens, opinions, nouvelles, actualité, transport aérien, transport maritime, transport ferroviaire, transport routier, automobiles, automobilistes, ministre

]]>
http://blogue.transportsquebec.com/2010/05/31/nouveau-forum-quebecois-sur-les-transports/feed/ 0
TM4 fait du surplace avec le moteur-roue http://blogue.transportsquebec.com/2010/05/20/tm4-fait-du-surplace-avec-le-moteur-roue/ http://blogue.transportsquebec.com/2010/05/20/tm4-fait-du-surplace-avec-le-moteur-roue/#comments Thu, 20 May 2010 04:02:33 +0000 http://blogue.transportsquebec.com/?p=142 Presque tous les Québécois se rappellent de l’ingénieur et physicien Pierre Couture qui, en août 1994, a démontré qu’il était possible de se déplacer, en automobile, sans devoir dépendre du pétrole.

Deux ans plus tard, la direction de TM4, une filiale d’Hydro-Québec, mettait fin au programme après des investissements 100% publics de 65M$.

En seulement deux ans, nous sommes passés d’un bout à l’autre du proverbial arc-en-ciel et à ce jour, TM4 et Hydro-Québec refusent-net de lever le voile sur les véritables raisons qui ont motivé l’arrêt de cet incroyable projet qui —à l’évidence— fonctionnait très bien.

Soyons clairs, les dirigeants d’Hydro-Québec ont agi en sauvages.

Non-seulement ont-ils provoqué la démission (avec fracas) de Pierre Couture et de son équipe mais en plus, ils ont VOLÉ tous les Québécois en leur interdisant l’accès à cette spectaculaire technologie qui aurait révolutionné les transports, à l’époque (et aujourd’hui, encore).

Plus de 14 ans après ce qu’il conviendra d’appeler le « coup de force » d’Hydro-Québec CONTRE Pierre Couture, son équipe et tous les citoyens québécois, l’invention géniale du moteur-roue ne va nulle-part.

Comble de l’ironie, (aux dernières nouvelles) Pierre Couture travaille toujours pour Hydro-Québec mais il ne touche plus au projet de moteur-roue.

Les « grands médias » sont carrément terrorisés à l’idée de questionner TM4 (le « front » idéal pour empêcher l’idée du moteur-roue d’avancer, au profit des Québécois) ou Hydro-Québec (la mafia énergétique du Québec) à propos du moteur-roue. Et quand des journalistes s’aventurent sur le sujet, c’est avec des « gants blancs » pour s’assurer de ne pas froisser les tenants du pouvoir de l’ombre, au Québec (dont plusieurs gravitent autour d’Hydro-Québec).

Ainsi, les Québécois se sont fait VOLER leur idée, par TM4 et Hydro-Québec.

L’idée du moteur-roue vient de Pierre Couture, certes mais elle appartient à tous les Québécois qui ont financé 100% de ses recherches alors pourquoi se fait-il que rien n’est fait pour aider nos manufacturiers locaux à profiter de cette incroyable technologie de transport?

Voilà une bonne question à laquelle aucun député ne semble vouloir répondre.

Et pour cause, il semble y avoir une omerta sur le sujet du moteur-roue. Même Pierre Couture feint de ne plus vouloir en parler alors que c’est (jusqu’à preuve du contraire) sa plus spectaculaire invention (celle-ci est impressionnante, aussi). Voyons, c’est clair qu’on ne nous dit pas tout.

Et si Pierre Couture s’était fait menacer de mort s’il insistait pour faire progresser son idée?

Ce ne serait pas la première fois qu’un génie qui s’attaque à des problèmes de notre société deviendrait la cible de menaces pour avoir trouvé des façons de sortir, collectivement, de notre médiocrité relative.

À qui le moteur-roue faisait-il peur, à l’époque?

  • aux géants du pétrole (Exxon, BP, Shell, Gulf et les autres);
  • aux géants de l’automobile (qui auraient eu à concurrencer un véhicule 30 ans en avance sur les leurs);
  • aux manufacturiers de freins (parce le moteur-roue élimine le besoin d’avoir des freins);
  • aux manufacturiers de pièces de moteurs-à-essence;
  • aux garagistes qui n’auraient plus la « chance » de devoir continuellement réparer les automobiles médiocres que l’on conduit encore.

…et ça, c’est tout un pan de l’économie qui menaçait d’être profondément « perturbé » si le moteur-roue de Pierre Couture devait voir le jour, aujourd’hui — alors imaginez si cette formidable technologie avait été commercialisée, en 1994! Ça aurait été la panique générale, d’un bout à l’autre de l’industrie automobile. Et tous les Québécois seraient devenus millionnaires (pour faire image) parce que l’idée de Pierre Couture aurait fait de Montréal le nouveau Détroit.

N’est-ce pas possible de penser que Pierre Couture, qui se cache depuis 1996, aurait pu subir des « pressions discrètes » de la part d’individus mafieux qui ont un intérêt à voir les Québécois (et les automobilistes du monde entier) demeurer esclaves de la pompe à essence? Est-ce si irréaliste que ça?

Sérieusement, ça n’a aucun sens que Pierre Couture ait été systématiquement écarté de tout développement sur le moteur-roue depuis qu’il a été largé, par Hydro-Québec (qui a bousillé le projet, au pire moment). Il faudrait être diablement naïf pour penser que Pierre Couture a simplement décidé d’aller se « retirer » de son propre chef, sans subir de pressions.

La raison pour laquelle il est si important de parler du moteur-roue aujourd’hui, c’est qu’après 20 ans (en 2015), le brevet du moteur-roue ne sera plus retenu entre les griffes de TM4. En fait, comme le brevet aura expiré, n’importe qui —incluant des étrangers— pourra mettre la main dessus et l’utiliser.

TM4 et Hydro-Québec auront alors raté leur fenêtre d’opportunité pour faire bénéficier le Québec de cette idée.

Les grands groupes automobiles comme GM, Ford, Honda, Toyota et les autres pourront alors reprendre l’idée à leur compte afin d’enrichir les coins du monde où ils son établis.

Idéalement, les Québécois devraient forcer TM4 à se dépasser pour établir les bases d’une industrie de l’automobile électrique québécoise pendant que le brevet du moteur-roue nous appartient, encore.

Parce que TM4 fait du surplace avec le moteur-roue et qu’Hydro-Québec ne fait RIEN pour s’assurer que cette technologie soit commercialisée ICI afin d’enrichir le Québec inc. (et non des transnationales ÉTRANGÈRES), il appartient aux citoyens de sortir de leur coma pour forcer la main aux dirigeants de la puissante société d’État.

On aura beau dire que le moteur-roue n’est pas une idée totalement nouvelle (voir Tesla, Porsche et Mitsubishi) et qu’elle a des petits problèmes à régler (comme le poids de la roue, elle-même), il n’en reste pas moins que l’invention de Pierre Couture représente un spectaculaire bond en avant, pour nos déplacements. Sans oublier que nous n’aurions plus à dépendre autant du pétrole!

Les Québécois méritent de pouvoir pousser leur génie en matière de transports, au maximum. Après tout, c’est ici qu’on a inventé la motoneige et ça devrait aussi être au Québec qu’on commercialise des moteurs-roues innovants.

Tags: pierre couture, moteur-roue, tm4, hydro-québec, moteur électrique, zéro pollution, essence, pétrole, dépendance au pétrole, québec, québécois, financement public, voiture électrique

]]>
http://blogue.transportsquebec.com/2010/05/20/tm4-fait-du-surplace-avec-le-moteur-roue/feed/ 16
Les barrières aux entrées des autoroutes québécoises http://blogue.transportsquebec.com/2010/04/26/les-barrieres-aux-entrees-des-autoroutes-quebecoises/ http://blogue.transportsquebec.com/2010/04/26/les-barrieres-aux-entrees-des-autoroutes-quebecoises/#comments Mon, 26 Apr 2010 18:43:59 +0000 http://blogue.transportsquebec.com/?p=132 Depuis environ le mois de septembre 2009, le ministère des Transports du Québec a très discrètement fait installer des barrières en acier à toutes les entrées des différentes autoroutes québécoises.

Puisqu’il n’y a eu AUCUN communiqué de presse formel du MTQ concernant l’implantation de ces barrières, il s’avère très difficile de comprendre ce qui a bien pu motiver nos politiciens et fonctionnaires à les imposer, aux frais des contribuables.

Voici à quoi ressemblent ces barrières:

Malgré de nombreux appels au MTQ, incluant aux relations avec les médias, il a été impossible de savoir ce qui a réellement motivé l’installation de ces lourdes barrières.

Officiellement, il semble que ces barrières —stratégiquement placés aux entrées des autoroutes— doivent servir lors des tempêtes mais aucun employé du MTQ n’a voulu confirmer qu’il ne s’agirait que des tempêtes de neige [en hiver]. Pourquoi laisser autant de flou sur le moment où des tempêtes prétendument catastrophiques pourraient survenir (alors qu’on sait qu’au Québec, ça ne se produit que l’hiver)?

Enfin bref, ces barrières d’acier sont censées empêcher les automobilistes de s’aventurer sur les autoroutes, en cas de tempête.

Ok.

Mais depuis des décennies, il suffit d’un simple avertissement dans les médias (notamment la radio) pour que tout le monde (sauf un hurluberlu, par-ci, par-là) évite ces mêmes autoroutes. Qu’est-ce qui s’est passé, tout d’un coup? Les médias auraient-il menacé de ne plus collaborer? C’est clair que non et comme ils ont généralement fait du bon boulot, il doit forcément y avoir une autre raison qui a poussé le MTQ à installer ces barrières.

Hummm…

Pourquoi le MTQ mettrait-il secrètement en place un immense inventaire de barrières d’acier qui, au moment voulu, pourrait empêcher toute circulation autoroutière, d’un bout à l’autre de la province?

Sérieusement, il faut s’arrêter et y penser.

Qui plus est, si ces barrières étaient si importantes, pourquoi ne pas avoir annoncé le tout avec une belle conférence de presse? Pourquoi avoir gardé ce « projet de barrières » secret? Pourquoi autant de nervosité lorsqu’un petit média (comme celui-ci) pose des questions toutes simples?

L’argument des tempêtes est boiteux.

L’argument, par extension, des automobilistes imprudents qui pourraient —dans un cas hypothétique— contourner des véhicules de police (qui avertissent les automobilistes de ne pas s’aventurer sur l’autoroute) est boiteux, lui aussi.

L’argument de la sécurité publique, lui, ressemble à du maternage étouffant.

Alors que reste-t-il comme raison valable pour dépenser NOTRE ARGENT pour construire des barrières qui pourraient, un jour ou l’autre, limiter notre droit de se déplacer librement sur NOS autoroutes?

À vous de le découvrir!

Ce ne sont certainement les politiciens ou employés du MTQ qui vont se bousculer pour « tenter » d’expliquer aux Québécois pourquoi leur système routier commence à ressembler à une prison, avec des barrières partout et des caméras qui épient nos moindres déplacements.

Le gouvernement du Québec nous cacherait-il quelque chose?

Ces barrières ont des inscription comme « DOT C-2 » et « Signal Stat » mais dans le premier cas, c’est une norme et dans le deuxième, c’est la marque de l’autocollant réfléchissant (une compagnie américaine, semble-t-il). En ce sens, il est impossible de remonter la trace des fournisseurs pour comprendre ce qui a pu réellement motiver le MTQ à installer cette « matrice pan-québécoise de barrières ».

Lors d’un petit vox-pop, aucun des automobilistes interrogés ne savait pourquoi, exactement, ces barrières métalliques avaient été installées à l’entrée de nos autoroutes. Ceci dit, tous les répondants veulent en savoir plus sur ces barrières et leur raison d’être. Aucun d’entre-eux n’a été satisfait par l’explication « officielle » des tempêtes, du MTQ.

C’est frustrant d’être rendu incapables d’obtenir des réponses CLAIRES pour des choses aussi simples que « le pourquoi de ces barrières, sorties de nulle part », au Québec. Si les détails concernant ces barrières doivent être gardés secrets, à qui ce secret profite-il? Ça n’a aucun sens d’avoir des fonctionnaires nerveux, au bout du fil, dès qu’il est question de ces barrières — ils deviennent carrément agressifs lorsque des questions plus pointues sont posées (des dates, des noms et des coûts).

Amis québécois, c’est en laissant faire les tyrants que s’installe la tyrannie.

Et là, s’il existe une authentique « bonne raison » de s’endetter (collectivement) pour avoir des barrières partout, qu’on le dise, haut et fort mais dans ce cas-ci, ça ressemble à une grosse omerta. Soit les politiciens et les fonctionnaires disent la vérité (TOUTE la vérité) ou il va nous falloir une autre commission d’enquête pour faire la lumière sur ce qui a soudain rendu ces barrières nécessaires.

Pour les intéressés, les députés provinciaux refusent, eux-aussi, d’en dire plus à propos de ces barrières (autant chez les Libéraux que les Péquistes). De toutes façons, c’est sûrement pour notre bien, non?

Tags: barrières, autoroutes, routes du québec, québec, réseau routier, police, mtq, ministère des transports, transports québec, ministre des transports, fonctionnaires des transports, dot c2, signal stat, barrière en acier, tempêtes

]]>
http://blogue.transportsquebec.com/2010/04/26/les-barrieres-aux-entrees-des-autoroutes-quebecoises/feed/ 3
Étalement du paiement pour votre permis de conduire http://blogue.transportsquebec.com/2010/03/04/etalement-du-paiement-pour-votre-permis-de-conduire/ http://blogue.transportsquebec.com/2010/03/04/etalement-du-paiement-pour-votre-permis-de-conduire/#comments Thu, 04 Mar 2010 18:24:19 +0000 http://blogue.transportsquebec.com/?p=124 Il arrive que certains automobilistes soient à cours d’argent au moment de renouveler leur permis de conduire.

Pour ces individus, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a mis en place un service d’étalement des paiements pour le permis de conduire.

Ça aurait été plus simple de baisser le coût du permis de conduire, tout simplement mais les fonctionnaires n’ont aucune intention de diminuer leurs salaires alors c’était plus simple, pour eux, de nous enfoncer leur « étalement du paiement » dans la gorge plutôt que se demander si le prix du permis, en tant que tel, n’était pas rendu trop dispendieux.

Enfin bref, grâce à l’étalement du paiement, c’est possible de payer en 6 ou 12 versements égaux (sauf le dernier, qui peut être moindre).

On sait que le prix du permis de conduire varie selon les points d’inaptitude, à savoir qu’à 0 points, c’est 72$, 1 à 3 points, c’est 93$ et de 4 à 6 points, c’est 131$. En haut de 6 points d’inaptitude, les tarifs pour obtenir son permis de conduire sont carrément indécents alors on ne s’étendra pas sur le sujet. Suffit de dire que si l’automobiliste opte pour l’étalement du paiement, il sera frappé par un intérêt annuel de 7%, équivalent au taux en vigueur au ministère du Revenu du Québec.

Ainsi, même si la SAAQ fait déjà plein de fric en vous vendant un permis de conduire bien trop cher, elle en fera aussi sur l’intérêt qu’elle vous percevra lorsqu’elle percevra vos paiements étalonnés. Le programme se nomme « Paiement par prélèvements bancaires automatiques (PBA) » et pour y participer, il suffit de le cocher, au verso de votre avis de paiement et fournir, en plus, un seul spécimen de chèque portant la mention « NUL ».

Notez que tous les prélèvements doivent être faits à partir du même compte bancaire (le vôtre, en l’occurence) et que tout défaut de paiement sera frappé d’un frais administratif de 35$ — ouch!

Il n’est possible de modifier le nombre de prélèvements qu’au prochain renouvellement alors oubliez ça si vous voulez passer de 6 à 12 ou vice-versa. Par défaut, le nombre de prélèvements sera de 12 (si vous oubliez de le spécifier).

C’est agréable de voir que les fonctionnaires de la SAAQ simplifient la vie de ceux qui ont besoin d’étaler leurs paiements pour régler la facture de leur permis de conduire mais force est d’admettre qu’ils y trouvent joyeusement leur compte, eux aussi.

En résumé, l’étalement du paiement pour votre permis de conduire québécois est une nouvelle façon de vous prendre —légalement— encore plus d’argent, via le jeu des intérêts et des frais administratifs. Vive le progrès!

]]>
http://blogue.transportsquebec.com/2010/03/04/etalement-du-paiement-pour-votre-permis-de-conduire/feed/ 1