Abonnez-vous au flux RSS Suivez-moi dans LinkedIn Suivez-moi dans Flickr

Voies réservées pour les autobus

Les grands axes autoroutiers des principales villes du Québec connaissent une hausse significative de leur achalandage de véhicules et de camions mais ce sont les autobus qui bénéficient de nouvelles voies réservées.

Ça fait d’ailleurs s’interroger une majorité d’automobilistes qui se demandent, à juste titre, pourquoi une centaine d’autobus par jour ont leur voie réservée alors que des dizaines ou des centaines de milliers de véhicules, eux, n’y ont pas accès.

Il faut comprendre que les services d’autobus municipaux sont massivement subventionnés… par les automobilistes et les citoyens, en général. C’est de l’ordre de 3$ comme prix d’embarquement pour l’usager et quelques 8$ provenant de subsides divers pour un total d’environ 11$ par passage, en terme de « prix réel » pour opérer le service d’autobus.

Et là, on ne parle même pas de la frustration, pour un automobiliste, de voir filer des autobus vides ou presque vides dans leur belle voie réservée!

On parle simplement du fait que les voies réservées créent un réel désavantage pour les automobilistes.

C’est agréable de savoir que les usagers du transport en commun gagneront quelques minutes mais quand on constate l’ampleur des bouchons de circulation aux heures de pointe, sur les grandes autoroutes du Québec, on peut se demander si l’imposition de voies réservées demeure une bonne idée.

N’y a-t-il pas davantage d’efficience à laisser les véhicules utiliser cette voie afin de désengorger les autres voies accessibles à tous? En ce moment, les voies réservées créent du mécontentement chez les automobilistes qui, en fin de compte, paient très cher pour se faire ensuite dire qu’ils n’ont pas le droit d’utiliser un segment de route pour lequel ils ont payé.

Un projet comme celui du Monorail TrensQuébec ferait bien plus de sens que le cortège actuel d’autobus qui privent les automobilistes d’une voie, sur plusieurs axes autoroutiers. Un monorail permettrait aussi une meilleure desserte en hiver puisque les tempêtes de neige n’auraient aucun impact sur la capacité du monorail à desservir un tronçon.

On sent que plusieurs projets sont décidés à l’encontre du meilleur intérêt des automobilistes et puisque le service de transport en commun est massivement subventionné, on se questionne sur l’utilité réelle de cette alternative de transport qui, pour plusieurs, n’est vraiment pas aussi pratique que ça.

Un autobus, c’est ultra-bruyant, c’est suprêmement inflexible au chapitre du trajet et ça ne correspond absolument pas aux réalités quotidiennes des familles qui doivent se déplacer avec les enfants. Rarement, ça fonctionne mais il s’agit d’exceptions.

En gros, ça prend une automobile pour se déplacer, aussi bien dans les grands centres que les petites agglomérations alors il serait préférable de laisser le transport en commun cohabiter avec les véhicules plutôt que de prioriser de coûteuses voies réservées qui multiplient la taille des bouchons de circulation, notamment aux heures de pointe.



Balises: , , , ,

Categories: Transport routier

Ajoutez un commentaire




Si vous aimeriez accompagner votre commentaire d'une image, obtenez votre Gravatar.

%d blogueurs aiment cette page :