Abonnez-vous au flux RSS Suivez-moi dans LinkedIn Suivez-moi dans Flickr

TM4 fait du surplace avec le moteur-roue

Presque tous les Québécois se rappellent de l’ingénieur et physicien Pierre Couture qui, en août 1994, a démontré qu’il était possible de se déplacer, en automobile, sans devoir dépendre du pétrole.

Deux ans plus tard, la direction de TM4, une filiale d’Hydro-Québec, mettait fin au programme après des investissements 100% publics de 65M$.

En seulement deux ans, nous sommes passés d’un bout à l’autre du proverbial arc-en-ciel et à ce jour, TM4 et Hydro-Québec refusent-net de lever le voile sur les véritables raisons qui ont motivé l’arrêt de cet incroyable projet qui —à l’évidence— fonctionnait très bien.

Soyons clairs, les dirigeants d’Hydro-Québec ont agi en sauvages.

Non-seulement ont-ils provoqué la démission (avec fracas) de Pierre Couture et de son équipe mais en plus, ils ont VOLÉ tous les Québécois en leur interdisant l’accès à cette spectaculaire technologie qui aurait révolutionné les transports, à l’époque (et aujourd’hui, encore).

Plus de 14 ans après ce qu’il conviendra d’appeler le « coup de force » d’Hydro-Québec CONTRE Pierre Couture, son équipe et tous les citoyens québécois, l’invention géniale du moteur-roue ne va nulle-part.

Comble de l’ironie, (aux dernières nouvelles) Pierre Couture travaille toujours pour Hydro-Québec mais il ne touche plus au projet de moteur-roue.

Les « grands médias » sont carrément terrorisés à l’idée de questionner TM4 (le « front » idéal pour empêcher l’idée du moteur-roue d’avancer, au profit des Québécois) ou Hydro-Québec (la mafia énergétique du Québec) à propos du moteur-roue. Et quand des journalistes s’aventurent sur le sujet, c’est avec des « gants blancs » pour s’assurer de ne pas froisser les tenants du pouvoir de l’ombre, au Québec (dont plusieurs gravitent autour d’Hydro-Québec).

Ainsi, les Québécois se sont fait VOLER leur idée, par TM4 et Hydro-Québec.

L’idée du moteur-roue vient de Pierre Couture, certes mais elle appartient à tous les Québécois qui ont financé 100% de ses recherches alors pourquoi se fait-il que rien n’est fait pour aider nos manufacturiers locaux à profiter de cette incroyable technologie de transport?

Voilà une bonne question à laquelle aucun député ne semble vouloir répondre.

Et pour cause, il semble y avoir une omerta sur le sujet du moteur-roue. Même Pierre Couture feint de ne plus vouloir en parler alors que c’est (jusqu’à preuve du contraire) sa plus spectaculaire invention (celle-ci est impressionnante, aussi). Voyons, c’est clair qu’on ne nous dit pas tout.

Et si Pierre Couture s’était fait menacer de mort s’il insistait pour faire progresser son idée?

Ce ne serait pas la première fois qu’un génie qui s’attaque à des problèmes de notre société deviendrait la cible de menaces pour avoir trouvé des façons de sortir, collectivement, de notre médiocrité relative.

À qui le moteur-roue faisait-il peur, à l’époque?

  • aux géants du pétrole (Exxon, BP, Shell, Gulf et les autres);
  • aux géants de l’automobile (qui auraient eu à concurrencer un véhicule 30 ans en avance sur les leurs);
  • aux manufacturiers de freins (parce le moteur-roue élimine le besoin d’avoir des freins);
  • aux manufacturiers de pièces de moteurs-à-essence;
  • aux garagistes qui n’auraient plus la « chance » de devoir continuellement réparer les automobiles médiocres que l’on conduit encore.

…et ça, c’est tout un pan de l’économie qui menaçait d’être profondément « perturbé » si le moteur-roue de Pierre Couture devait voir le jour, aujourd’hui — alors imaginez si cette formidable technologie avait été commercialisée, en 1994! Ça aurait été la panique générale, d’un bout à l’autre de l’industrie automobile. Et tous les Québécois seraient devenus millionnaires (pour faire image) parce que l’idée de Pierre Couture aurait fait de Montréal le nouveau Détroit.

N’est-ce pas possible de penser que Pierre Couture, qui se cache depuis 1996, aurait pu subir des « pressions discrètes » de la part d’individus mafieux qui ont un intérêt à voir les Québécois (et les automobilistes du monde entier) demeurer esclaves de la pompe à essence? Est-ce si irréaliste que ça?

Sérieusement, ça n’a aucun sens que Pierre Couture ait été systématiquement écarté de tout développement sur le moteur-roue depuis qu’il a été largé, par Hydro-Québec (qui a bousillé le projet, au pire moment). Il faudrait être diablement naïf pour penser que Pierre Couture a simplement décidé d’aller se « retirer » de son propre chef, sans subir de pressions.

La raison pour laquelle il est si important de parler du moteur-roue aujourd’hui, c’est qu’après 20 ans (en 2015), le brevet du moteur-roue ne sera plus retenu entre les griffes de TM4. En fait, comme le brevet aura expiré, n’importe qui —incluant des étrangers— pourra mettre la main dessus et l’utiliser.

TM4 et Hydro-Québec auront alors raté leur fenêtre d’opportunité pour faire bénéficier le Québec de cette idée.

Les grands groupes automobiles comme GM, Ford, Honda, Toyota et les autres pourront alors reprendre l’idée à leur compte afin d’enrichir les coins du monde où ils son établis.

Idéalement, les Québécois devraient forcer TM4 à se dépasser pour établir les bases d’une industrie de l’automobile électrique québécoise pendant que le brevet du moteur-roue nous appartient, encore.

Parce que TM4 fait du surplace avec le moteur-roue et qu’Hydro-Québec ne fait RIEN pour s’assurer que cette technologie soit commercialisée ICI afin d’enrichir le Québec inc. (et non des transnationales ÉTRANGÈRES), il appartient aux citoyens de sortir de leur coma pour forcer la main aux dirigeants de la puissante société d’État.

On aura beau dire que le moteur-roue n’est pas une idée totalement nouvelle (voir Tesla, Porsche et Mitsubishi) et qu’elle a des petits problèmes à régler (comme le poids de la roue, elle-même), il n’en reste pas moins que l’invention de Pierre Couture représente un spectaculaire bond en avant, pour nos déplacements. Sans oublier que nous n’aurions plus à dépendre autant du pétrole!

Les Québécois méritent de pouvoir pousser leur génie en matière de transports, au maximum. Après tout, c’est ici qu’on a inventé la motoneige et ça devrait aussi être au Québec qu’on commercialise des moteurs-roues innovants.

Tags: pierre couture, moteur-roue, tm4, hydro-québec, moteur électrique, zéro pollution, essence, pétrole, dépendance au pétrole, québec, québécois, financement public, voiture électrique



Balises: , , , , , , , , , , , ,

Categories: Transport routier

Commentaires (16)

URL du trackback | Flux RSS des commentaires

  1. Michel Lacasse dit :

    Je suis très d’accord avec vous. J’ai moi-même fait signer des pétitions en 1995 dans les universités et les CEGEP pour les envoyer au gouvernement provincial.

    Levons-nous publiquement Québécois et exigeons un gouvernement qui ira de l’avant avec le projet du moteur-roue.

  2. Olivier dit :

    Je suis ingénieur dans le domaine automobile et il ne faut pas penser que le moteur roue est révolutionnaire au point de révolutionner le domaine de l’automobile. Il est certes efficace en terme de réduction de composants et maximisation de l’espace  »sous le capot », mais il comporte de nombreux désavantage faisant qu’il ne sera jamais commercialisé à grande échelle, par TM4 ou n’importe qui: Plus grande exposition aux saleté, aux chocs et à l’encrassement, augmente le poids du véhicule parce que les roue sont très lourdes ce qui demande des suspensions beaucoup plus performantes que la norme,  »barre » la vitesse de rotation du moteur avec celle de la roue (puisque le moteur tourne avec elle), n’est pas compatible de façon efficace avec les configuration hybrides, etc.

    Il y a bien sur des avantage, et ce type de moteur pourrait être adapté pour des voitures de sports ou certains 4X4 (quoi que ceux qui ont des 4X4 habitude n’aimeraient pas être limités par la charge de la batterie). Mais cela demeure des exceptions. TM4 tente donc de commercialiser sa technologie issue du moteur-roue (le rotor inversé) dans un moteur central puisque c’est le choix de l’industrie automobile et que d’aller à contre courant = suicide industriel à ce stade ou en est l’industrie. Cependant TM4 doit lutter contre des géants de l’industrie pour promouvoir sa technologie (Magna, Bosch, UQM) et c’est un milieu très compétitif. En Europe la Tata Indica Vista roule déjà avec le moteur TM4… c’est déjà au moins ça. C’est avant tout aux entreprises basée au Québec d’aider TM4, parce que les japonaises aident les japonaises, les américaines aident les américaines, etc.. La STM a fait une annonce dernièrement en faisant mention du fait qu’elle voulait des autobus électriques et qu’elle voulait les équiper de moteurs TM4. Là on est en business.

    Ton post me laisse croire que tu ne connais pas grand chose au domaine de l’automobile. TM4 s’est fait copier sa technologie depuis belle lurette, pas besoin d’attendre que son brevet expire pour ça. Et… Tesla et le Moteur-Roue ?? N’importe quoi, c’est des moteurs centraux qu’ils utilisent, à induction de surcroit, alors que TM4 utilise des moteurs à aimants permanents.

  3. cgelinas dit :

    Cher Olivier,

    Soyez assuré que je ne censure pas les commentaires à moins qu’ils ne soient outrancièrement grossiers ou déplacés, ce qui n’est pas votre cas.

    Vous semblez bien connaître les technologies assimilées au moteur-roue et c’est tout à votre honneur. Ceci dit, ne croyez pas être le seul à avoir « le droit » à une opinion. Même si certains des détails que je mentionne peuvent prêter flanc à différentes interprétations, ça n’enlève rien à la teneur du propos.

    Vous avez pris le temps d’ajouter divers détails quant à l’évolution commerciale du moteur-roue. Il ne fait aucun doute que les Québécois attendent impatiemment le jour où nos fonctionnaires de l’unité TM4 d’Hydro-Québec trouveront le moyen de mettre toute cette théorie en application, idéalement dans des véhicules « locaux ».

    Je réalise qu’il s’agit d’un sujet qui augmente en complexité à mesure que divers fabricants, à travers le monde, annoncent des technologies apparentées (ou presqu’identiques) au moteur-roue mais au fond, le malaise des Québécois par rapport à cette proverbiale mine d’or inexploitée ne change pas et ce, à tort ou à raison.

    Pour les échanges constructifs, j’espère que d’autres lecteurs du blogue prendront le temps d’ajouter leur message afin de faire valoir leur point de vue, au sujet du moteur-roue… en 2010.

  4. Olivier dit :

    Sans trop entrer dans les détail, mais tout en mentionnant que je parle en connaissance de cause, le fonctionnement de TM4 est gérée comme une entreprise privée même si elle n’a qu’un actionnaire public et leurs employés sont loin de se considérer comme des actionnaires (ou d’en avoir les privilèges).

    Je peux vous dire de source sur que TM4 est de tous les gros RFQ (request for quotation) étant émit par les gros acteurs de l’industrie automobiles pour fournir leur technologie de moteur central. Encore faut-il gagner ces offres. Dans la mesure ou une bonne dizaine de compagnies de grande envergure dans le monde de l’automobile offre des produits similaires à ceux de TM4 tout en étant considérés par les acteurs de cette industrie comme plus expérimentés que cette dernière en tant que fournisseur de pièces (il y a aussi des questions de certifications, du type ISO, et des normes à respecter dans l’industrie automobile par rapport auxquelles TM4 n’est peut-être pas conforme). En vertu de ces constats, qui va prendre le  »risque » de faire affaires avec TM4 ? Des compagnies issues de pays émergent tels que Tata Motors. Dans un monde idéal, il faudrait un plus grand support de l’industrie locale, mais comme l’industrie automobile et le transport en général n’est pas un créneaux dans lequel le Québec détient un avantage compétitif, il ne faut pas trop y compter. Cependant, pour ce qui est du projet de la STM dont j’ai fait mention, un partenariat avec NOVABUS de St-Eustache pourrait être réaliste! Le futur nous le dira.

    Cependant, l’on fait toujours référence au moteur-roue lorsque l’on parle de TM4, or il n’en produisent plus depuis plusieurs années et sont passés au moteur électrique central tout simplement parce que l’industrie n’en veut pas du moteur-roue, sauf pour des applications marginales. Il n’y a donc pas de regret à avoir par rapport à sa non-utilisation. Nous pourrons atteindre l’autonomie face au pétrole avec des moteurs centraux. Nous pouvons souhaiter bonne chance à TM4 dans la commercialisation de leur moteur central, mais il faut rester réaliste, ils sont un tout petit joueur dans un monde de géants.

  5. André dit :

    J’aimerais tellement en acheter des moteurs-roues mais où pouvons-nous en acheter? Nulle-part? Et pourquoi donc?

    J’ai grandement l’impression que TM4 ne font rien du tout et qu’il ne font qu’étouffer un projet qui pourrait nuire a leur dirigeant.

    Pourquoi ne pas refaire une pétition par les sites et les moyens de communications d’aujourd’hui afin d’obtenir des explications sur le dossier.

    Pierre Couture, on ne te laissera pas mis de côté ainsi

    André

  6. René dit :

    Plus ça change, pire c’est (contrairement à plus c’est pareil).

    Croyez vous sincèrement qu’Hydro a tout fait ce qu’il pouvait et pensez-vous qu’Hydro a tout fait ce qu’il fallait pour cette belle découverte?

    Une bien belle découverte, une découverte bien avant son temps. Personnellement, je me fous pas mal des titres: Docteurs, Ingénieurs, etc., par contre, je déteste qu’on prennent les québécois pour des imbéciles et c’est malheureusement devenu une mauvaise habitude, au Québec.

    Nous sommes des inventeurs, des penseurs, des visionnaires au Québec. Le malheur, pour nous, c’est que nos gouvernements dirigent de plus en plus par amour du pouvoir, de l’argent et aussi, dans le meilleur intérêt de leur amis. Plutôt que de protéger sa population et l’intérêt de sa population, le gouvernement protège les lobbyistes du pétrole et de l’industrie de l’automobile (pour ne nommer que ceux-là).

    Pas besoin d’être ingénieur pour s’apercevoir qu’on passe à coté d’une belle opportunité!

    Dans la prochaine année, si ce n’est pas dans les prochains mois, on s’en reparlera, M. Olivier.

    On veut augmenter de 50% la l’exploitation des sables bitumineux dans les prochaines années et de plus, le fédéral les subventionnent.

    Exxon génère un milliard de dollars de profits net, chaque semaine, grosso modo.

    Il est grand temps que nos gouvernements s’associent à des penseurs, des chercheurs et des scientifiques qui ont à cœur l’intérêt la population du Québec. Je crois sincèrement que c’est ça qui va faire avancer le Québec.

    Depuis quelques années, nous Abrutissons, nous Assimilons et Appauvrissions les québécois.

    Bonne journée!

    Un homme de la rue.

  7. Olivier dit :

    Pourquoi Hydro-Québec protègeraient les compagnies pétrolières alors qu’elle serait la principale bénéficiaire, en terme de revenus, de l’électrification des transport (collectifs ou commun).

    Bien sur que l’on se reparlera de grande opportunités au cours des prochains moi!

    Les méchants voleurs de TM4 vont collaborer avec la STM pour électrifier les transport en commun.
    http://www.journalmetro.com/mavie/article/538407–trois-raisons-de-se-rejouir-du-virage-electrique-de-la-stm

    Mais c’est surement une conspiration quelconque pour aider les pétrolière.

    Le problème de TM4 est qu’ils ont perdus leur temps à tenter de commercialiser un moteur-roue dont PERSONNE ne veux. Donc il faut cessez de pleurer sur le sort de cette technologie.

    Regardez par exemple cette nouvelle:
    http://monvolant.cyberpresse.ca/dossiers/la-folie-de-lhybride/201006/23/01-4292728-toshiba-va-fournir-a-ford-des-moteurs-electriques-fabriques-aux-etats-unis.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_automobile_508450_accueil_POS1

    Un géant comme Toshiba est en mesure de produire rapidement des milliers de moteurs électriques CENTRAUX (pas dans la roue!) et ils décrochent des partenariats (FORD!) parce qu’ils offrent une technologie qui convient aux compagnies automobiles. TM4 offrait des moteurs-roues dont personne ne voulais. Maintenant ils ont fait le virage vers le moteur central… et comme par magie ils décroche un contrat (on parle de 35 000 unités potentielles) avec un major de l’industrie (Tata Motors).

    C’est pas parce que l’on invente quelque chose que sa commercialisation va être viable. Surtout lorsque l’acteur qui l’invente (dans ce cas-ci Hydro-Québec) n’a aucune crédibilité dans l’industrie qu’il tente de percer (industrie automobile).

    Sur ce, vive la voiture électrique!

  8. J Robert Tremblay dit :

    Voyons donc tout le monde!

    Ceci est une simple répétition du Fiasco de l’avion  »Avro » qui aurait fait de nous les Champions des Airs à l’époque.

    Nous nous faisons fourrer et humilier par nos peureux de politiciens, incapables de défendre nos vrais intérêts. Ils auraient pu forcer Hydro à faire son devoir envers tous les Québécois.

    Quel sale gâchis!

  9. A. Lafontaine dit :

    Bon, je dois dire que le moteur électrique central a aussi des defauts : moins efficace, centre de gravite plus haut, plus encombrant.

    L’idee du moteur dans la roue est brillante, je crois simplement que la technologie devrait être plus accessible.

    C’est vrai qu’on ne connait pas la fiabilité des moteurs qui, à cause des intempéries et des chocs, pourraient briser plus facilement.

    Dans la vie, il faut faire des compromis et la plus grande part du marche ne sont malheureusement pas les voitures a caractère sportif. C’est probablement pour ça que TM4 ne veut pas se lancer dans la commercialisation du moteur roue.

    Cependant, je crois qu’ils devraient présenter un modèle de moteur roue accessible au grand public pour les amateurs, comme nous, qui désireraient s’amuser un peu. Même si c’est à partir de vieux plans… ceux de Pierre Couture, par exemple!

  10. Martin Blanchette dit :

    Aujourd’hui, 20 avril 2012, il est évident de constater que le sujet du moteur-roue est encore plus au goût du jour que jamais. Avec un litre d’essence à 1.44$ et un baril d’essence à 103.00$, il m’apparaît toujours qu’il est impératif de développer le moteur-roue au profit du Québec et des québécois. Je sais parfaitement que cela n’est qu’une illusion étant donné la main-mise que les géants industriels de ce monde ont fait de cette brillante invention. Soit rien du tout à part la Mini-Qed.

    Je sais pertinemment qu’il est plus difficile de concevoir une voiture fiable avec des moteurs-roues qu’une voiture à moteur central dû aux saletés, intempéries et aux infiltrations d’eau qui pourraient survenir lors d’une utilisation quotidienne. Mais tout de même! L’homme n’est-il pas allé sur la lune et aux fond des océans?! Il doit bien y avoir un moyen de sceller un moteur électrique et de renforcer sa suspension sans gros tracas. Moi-même simple citoyen ayant un peu de jugeote et étant un brin habile de mes mains, pourrait y arriver si on m’en donne les moyens!
    Et si à la limite, on ne pourrait s’en servir les jours d’hiver, on pourrait tout de même l’utiliser de 6 à 8 mois par année. Ce qui entraînerait invariablement une baisse aux niveaux des polluants athmosphériques, une baisse au niveau de la consommation de ressources fossiles et ces voitures durerait 2 fois plus longtemps.

    Martin Blanchette
    Sept-Iles
    Écrit avec mon iPhone.

  11. rorotropic dit :

    Aujourd’hui, les constructeurs produisent des voitures électriques complètement dépassées. En effet, le moteur roue ne date pas d’hiere voir la Launer Porsche en été deja equipée au début du siècle dernier et son rendement été deja superrieur à tout ce qui existait à l’époque, et c’est toujours vrais actuellement voir la Qued et la Cleova, le rendemnet est très différent en faveur du moteur roue.

    Les grands constructeurs ne son pas trés interressés par les voitures électriques. Ils font de la figuration pour faire écologique- politiquement correct, et puis si plus de petrole il vaut mieux un produit meme nul et cher à proposer, mais il ne sont pas prés à abandonner l’entretient pletorique et cher du moteur thermique et de ses nombreus accessoires,courroie de distribution, échappement, cardan embrayage radiateur etc etc sans parler des causes de panne qui entrainent la vente de nombreuses pièces détachées, et qui complique tellement la construction d’une voiture, ce qui permet de proteger leur marché des asiatques et autres indiens’ avec les normmes europeennes anti pollution (je rigole), une VE ne pollue pas le site où elles circulent, et l’argument de la source de l’electrcité polluante ne tient pas non plus car il est beaucoup plus facile de traiter sur un site d’une centrale que toutes ces voitures dispersées dans la nature.

    Le principe du moteur roue est tout simplement génial et le faux problème de l’étanchéité est reglé depuis longtemps, on sait faire, voir roulement de roues, sortie de boite et de ponts suspendus (BMW, Mercedes, et tout type de 4×4 cencer patauger dans toute sorte de marigaut, je rigole encore, et encore plus lorsque c’est un ingenieur qui souleve le probeme du poids non suspendus, en effet on monte des jantes de plus de 21 pouces sur des voitures dites sportives).

    Quand au moteur roue voir PROTEAN électrique, en Angleterre: « Protéiformes dans moteurs-roues ont le plus de couple et de la densité de puissance de tout premier plan de systèmes modernes de propulsion électrique. Chaque disque protéiforme ™ dans les roues à moteur peut fournir 81 kW (110 ch) et 800 Nm (590 lb-pi), mais ne pèse que 31 kg (68 lbs.) Et est dimensionnée pour s’adapter dans l’espace d’un 18 classique – à roue de 24 pouces. » »,en tenant compte qu’on enleve le systeme de freinage:disque etrie etc env 7 à 12 kg en moins, et onsait amortir les roues de bus autremnet plus lourdes qu ‘un moteur roue!l’epoque est loin ou l’on monter les freins in bord ‘Citroen DS, GS, Alfetta Alfa Romeo et les F1 d’époque) aujourd’hui on sait faire des amortisseurs suffisament efficient pour encaisser un surpoids!!

    Conclusion, le moteur roue est enterré par tous les protagonistes à commencer par les constructeurs automobiles occidentaux.

    PS: http://www.proteanelectric.com/

  12. Sylvain Gagné dit :

    Bonjour,

    Selon moi Hydro-Québec n’avait aucune chance car ce genre d’invention est tellement facile à copier pour n’importe lequel des magnas de l’automobile.

    J’en profite pour voir vos avis sur un sujet qui est très à jours. Les moteurs à aimant et autonomes. Même si personnellement j’y crois pas je fais des recherches pour monter un site la dessus.

    C’est une simple question pour la production d’un document qui parlerait des inventions qui sortent de l’ordinaire. Je parle d’une invention qui ne pourrait qu’intéressé que les grand producteurs d’énergie. Hydro-Québec, les USA ou le Japon, etc.

    En supposant cela possible; je me demandais s’il était possible de vendre disons un moteur qui produit de l’énergie gratuite ou qui tourne de façon autonome et indépendante auquel on pourrais y rattacher des alternateurs, etc. Ce genre d’invention ce vendent-elles sans brevet et qui en serait intéressé. C’est pour un site qui parle d’invention. Merci à vous de m’éclairer la dessus.

  13. Pat L. dit :

    @Olivier Nous savons aujourd’hui quel intérêt avait TM-4 envers le pétrole, le chemin est long et sinueux, mais il est bel et bien là. On nous refile des miettes pour des recherches qui valent des milliards.

    Voici en quoi TM-4 a retiré des bénéfices pour sa « participation » à l’économie canadienne:

    -Financement accordé à TM4 par TDDC
    29 juillet 2011

    -À propos de TDDC

    Technologies du développement durable Canada (TDDC) est une fondation autonome établie par le gouvernement du Canada qui lui a octroyé 1,09 milliard $ dans le cadre de son engagement à créer un environnement durable et une qualité de vie élevée pour tous les Canadiens.

    Pris sur le site même de tm-4 les bocaux d’Hydro-Québec…

    http://www.tm4.com/fr/financementtddc.aspx

    Remarquez bien que TM-4 n’a même pas la totalité du financement destiné à ces deux fonds destinés à la promotion de solutions écologiques et non-polluantes.

    Vos arguments à l’effet que la baisse de poids des véhicules est néfaste pour le rendement d’un véhicule je ne sais pas où vous les avez trouvé, mais les cyclistes eux le connaissent bien ce problème, et les avantages de la légèreté.

    En fait le mieux serait pour vous de nous dévoiler le lien direct entre vos arguments et le montant et l’origine du chèque inscrit à votre bénéfice. La seule procrastination logiquement admissible est celle de la carte de crédit. Avez-vous évalué le nombre de décès et autres souffrances occasionnées par les maladies induites par la pollution atmosphérique? Je pense qu’il y a la vie de plus d’une personne en jeu.

  14. François dit :

    Je suis bien septique quand je vois votre tableau où on compare les performances du moteur-rour Vs le moteur embarqué. Je ne vois pas comment un arbre et un joint homocynétique peut dissiper autant de puissance. En fait c’est parfaitement impossible.

  15. NAD dit :

    BONJOUR, j aimerais savoir s’il est possible de trouver la liste des cie de transpot routier ayant intégré le log électrique. Merci

  16. dadden dit :

    Olivier, chu peut-être pas ingénieur, chu juste un électromécanicien, mais déjà là « augmente le poids du véhicule parce que les roue sont très lourdes ce qui demande des suspensions beaucoup plus performantes que la norme ».

    Le moteur est dans la roue, donc la suspension ne porte aucunement le poids du moteur, au contraire, ce poids n’est porté QUE par les roues, ça élimine donc une méchante charge à la suspension, contrairement à ton analyse, quand au poids des 4 roues motorisées vs le poids du moteur a essence et de toute la mécanique qui l’accompagne, vu que je ne connais pas le poids exact des roues, je ne m’avancerai pas trop, mais selon moi, ça s’équivaut.

     » Plus grande exposition aux saleté » des seals, ça existe, pis c’est pas compliqué à sealer vu que toute la mécanique est interne à la roue « »barre » la vitesse de rotation du moteur avec celle de la roue (puisque le moteur tourne avec elle) » un moteur peut aussi virer sur inertie si tu enlèves le courant dessus, simple manip dans la programmation de la drive « n’est pas compatible de façon efficace avec les configuration hybrides » celle là je la comprends juste pas alors je ne répondrai pas, mais j’ajouterai quand même que le moteur roue permet de répartir le poids beaucoup plus bas sur l’auto, ce qui descend largement le centre de gravité, et hop, du coup, la voiture est beaucoup plus stable et a plus de tenue de route.

Ajoutez un commentaire




Si vous aimeriez accompagner votre commentaire d'une image, obtenez votre Gravatar.

%d blogueurs aiment cette page :